01 avril 2019

Les blogs disparus...

2103588394

Le Choix du Pseudo nous pose parfois une interrogation de par son originalité!!

 Je me souviens qu'elle s'appelait "Kikroire"...
et elle utilisait cette image comme "gravatar"
L'avez vous connue??
Peut-être avait-elle trop pris de risques sur la Toile
ou encore avait-elle été déçue??
Nous ne le saurons jamais
car le blog n'existe plus!!

Denis Diderot a écrit:
-"On risque autant à croire trop
qu'à croire trop peu."

Posté par TooTsieBlog à 13:38 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,


24 mars 2019

Perchées sur mon nez depuis plus de 70 ans...

coucou

L comme Lunettes,
c'est chouette...!!

lunettes

Quand j'étais môme, à mon grand énervement,
mes camarades d'école me taquinaient en chantant:
-"Ah, la binoclarde...
Ah, la binoclarde...
Lalalère!!

lunettes 1png
Apostille: Les mentalités ont bien changé avec le temps...
Maintenant, presque tout le monde porte un jour des lunettes...

12 mars 2019

Pourtant, ce n'est pas nouveau...


On nous parle souvent de harcèlement à l'école...  

Je m'en vais donc, de ce pas, vous conter ma propre histoire...

En primaire j'étais la bête noire de Serge B, un grand costaud de 14 ans...
À la sortie de l'école, après les cours, commençait mon calvaire:
 il me bousculait, vidait mon cartable dans l'herbe, marchait sur mes cahiers, me volait mes affaires de classe qui lui plaisaient  
et comble de l'humiliation  m'embrassait, me soulevait ma robe et montrait ma culotte à tous mes copains et copines de classe ...
Souvent , j'en pleurais de honte et de colère...
J'en avais parlé à M'man et elle m'avait dit de me défendre à ma manière...
Un soir, que nous revenions à la maison,
et qu'il avait encore agi de façon déplaisante avec moi,
je trainais un peu en arrière profondément blessée de tels gestes
pendant que ce grand idiot rigolait de sa méchanceté avec les autres...
Monsieur Rolland, un cultivateur de village, qui revenait des champs, passa avec son beau cheval  gris et son tombereau ...
L'animal lâcha au passage sur le goudron de la route, de belles boules de crottin toutes fumantes et humides...
Surmontant mon dégoût, je ramassais ce beau caca qui me sembla bouillant au creux de ma main  
et je me mis à courir derrière  les autres...
Arrivée derrière Serge, je lui ai enfoncé le crottin dans sa bouche qu'il avait grande ouverte de rire moqueur...
Bien sûr, il s'est plaint à son père qui lui a flanqué une raclée en lui rappelant que les gars devaient le respect aux filles..
Le lendemain , je marchais devant à la sortie,
je n'avais plus peur de lui...

 

mon vieux cartable


Apostille: Depuis ce jour là, j'ai appris que la vengeance est un plat qui ne se mange pas froid mais chaud !!
Et le temps a passé, passé pour ne plus revenir
et il m'est arrivé bien souvent de rendre les méchancetés que l'on m'a faites..
Je n'en ai pas toujours éprouvé satisfaction et soulagement...
Parfois même une pointe de regret!!
(Seigneur Jésus, j'ai le très grand regret de vous avoir offensé...
Mea maxima culpa)...
mais baste après tout, ce qui est fait est fait...naaaan??

sligne

Bonne journée à toi Monde des blogs...

Posté par TooTsieBlog à 09:15 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

01 mars 2019

Jounal intime...

Gribouiller sa vie

journalCe cahier de brouillon de la vie,
 témoin  incontournable des idées raturées,  
d'éparses émotions soulignées de joie ou tristesse  
l'éblouissement du coup de foudre
pour un visage sans nom
avant qu'il ne s'évanouisse dans les confins de la mémoire...
les résolutions envolées...
les challenges réussis quand tout semble fichu...

Ce muet confident souvent chiffonné, tâché, jauni
garde les images furtives que capte l'attention d'un instant,
les gestes , les choses,
les singeries des enfants ou des gens,
les sentiments d'amour et d'amitié
la douleur et la haine aussi...

Et sur une page arrachée qui avait-il?
la déception de l'échec?
un amour bafoué?
l'insolence d'une peur?
un secret inavouable?
 
Apostille: Je me souviens de ce gars sans passé
qui partait son sac sur l'épaule sans se retourner
et qui pensait déjà à tout autre chose
qu'à ce qu'il venait intensément de vivre...
Sa vie était comme son sac , presque vide !!
Il s'appelait comment déjà??
je ne sais plus!!
j'aurais dû l'écrire quelque part moi aussi !!

                                                Chantal R. alias TooTsieBlog

01 février 2019

On dit qu'il fait froid en ce moment... mais...

 On dit qu'il fait froid en ce moment... mais...
qui se souvient du terrible février 1956?
 

Etiolles

À l'époque, j'étais pensionnaire dans une école professionnelle à Etiolles (91) près de Soisy-sur-Seine...
Un grand froid venu du Groenland avait tout gelé en Europe...
Pas de toilette pendant plusieurs jours,
(l'eau dans les lavabos avait gelé dans les tuyauteries vétustes dans ce château de Mme Du Barry (célèbre maîtresse de Louis XVI) (transformée en école et pension)
Sous les toits, dans nos chambres de 2 et 3ème années on avait poussé les lits pour ajouter ceux des filles de 1ère année du grand dortoir qui n'était  presque pas chauffé...
Des couvertures supplémentaires avaient été distribuées...
Pour ne pas grelotter, on se couchait quand même avec des pulls épais...
Au réfectoire, pas question de rechigner sur la nourriture 
pas extraordinaire: nous étions presque toutes Pupilles de la Nation pour des raisons diverses
(Nation, qui comme on le sait n'a jamais été assez riche pour ses pauvres), 
il fallait manger chaud même ce qui n'était guère appétissant....
La chambre d'infirmerie était pleine: grippe, bronchites, engelures douloureuses comme je n'en ai plus jamais revues depuis, sévissaient...
Lors des promenades (obligatoires) du jeudi et du dimanche, nous traversions la passerelle piétonnière de bois à haubans 
(remplacée depuis par un pont magnifique)
qui reliait à cette époque
Evry Petit Bourg, Soisy-sur Seine et Etiolles,
nous pouvions voir l'eau de la Seine
qui avait été prise dans une épaisse couche de glace...
Je crois que je n'ai jamais eu aussi froid de ma vie...
 

La Seine prise dans les glaces

Apostille: La vie de château n'est pas ce que l'on croit,
on y gèle en hiver... 
et comme dit l'adage,
il vaut mieux un petit chez-soi qu'un grand chez les autres....
et quoi que l'on vous dise à la télé,
il ne fait pas vraiment froid en ce moment par rapport à cette année là...
 
1956, l'époque révolue de mes 16 ans...
 

 


21 décembre 2018

Parce que peu exigeants, heureux étions nous, les gamins en galoches d'après guerre...


 
Les communes, autrefois, n'étaient pas plus riches que maintenant
et je pense même qu'elles avaient encore moins de moyens qu'aujourd'hui ...
 
Le garde-champêtre M. Jocquin et l'employé communal M. Etienne dressaient et ornaient un grand sapin qui nous semblait magnifique...

guirlande

Et un dimanche après midi,
 juste avant les vacances de fin d'année
il y avait la Fête de Noël à Bennecourt...
Sous le préau fermé pour l'occasion par de grandes et épaisses bâches au sigle de l'Armée Américaine...
Les maitres et les enfants s'étaient mis en 4 pendant plusieurs semaines pour réaliser ou apprendre textes ou corégraphie cette séance récréative...
les parents et les villageois accourus en nombre pour l'occasion étaient assis sur des bancs...
Une vente de programmes réalisés pendant les cours de dessin subventionnait la Caisse des Ecoles pour l'achat de papier crépon des costumes...
Les trois coups résonnaient sur l'estrade!!
et commençaient  chantés, récités et joués par les grands et les petits,
des chansons, des poèmes,
des danses et de diverses scénettes
sur le thème de Noël...

Vifs applaudissements
et rappels récompensaient les artistes en herbe
et ceux qui s'étaient donné un mal fou
pour coordonner tout cela...

Puis pour clore l'après-midi, venait la distribution très attendue par le Père Noël
d'un jouet, d'une orange et d'un sachet de confiseries
à chaque enfant de l'école communale
suivi d'un copieux goûter composé d'un petit pain au lait
et d'un chocolat bien chaud.
Apostille: Ce cadeau de Noël était souvent le seul pour les enfants de certaines familles...

père noël

30 novembre 2018

Brrr!! ça sent l'hiver!!



Tout d'abord, Bonne Fête à tous les André

avec une belle photo du passé pour moi
d'un homme "bon comme le pain" disait-on autrefois ..

Chaque année, la Saint André me tient particulièrement à coeur
puisque mon cher Grand- Père se prénommait ainsi ...
(vous ai-je déjà dit que j'étais petite fille de travailleur émigré belge??
Oui, certainement par le passé dans un autre site de blog...
mais je le répète pour mes nouveaux amis )
Au Garde à vous, bras le long du corps, pieds légèrement ouverts,
Grand-Père est là, à droite,
avec une cigarette qui n'est là que pour la photo plantée au milieu de sa bouche...
Mon André à moi ne fumait pas ,
il chiquait (une horreur) habitude gardée de l'Enfer de la Guerre de 14/18 où il avait été gravement blessé...
Il est vêtu de sa vieille veste de l'Armée Belge qu'il ne quittait presque jamais dans la journée...
Il a ses côtés ses deux fidèles amis,
deux joyeux drilles...
Mollu avec son éternelle fleur des champs à la boutonnière
et Jansens qui conservait toujours comme un trésor
son portefeuille dans la poche intérieure de sa veste...
Voici un beau trio de Belges et fiers de l'être...
Tout dans le décor me rappelle mon enfance à Notre Dame de la Mer...
au fond, "les bâtiments" qui contenaient un lot d'outils fort utiles au jardin,
le vieux sapin un peu déplumé,
le chien à la chaine...
ses gamelles à eau et à nourriture...
sa niche: un vieux tonneau de métal garni de paille fraîche recouvert un sac de jute
que Grand-Père mouillait dans la mare en été à cause de la chaleur...
Si tu me regardes de Là-Haut, protège moi encore comme tu l'as fait quand j'étais une petite fille...
J'ai 78 ans bien tassés...mais je t'aimerai toujours Grand-Père...

Grand-Père et ses Amis

Sur mon vieil almanach des Bergers , il est écrit pour le 30 novembre:
Pour la Saint André,
le froid nous dit:
-"Me voici!!"


Posté par TooTsieBlog à 09:27 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

05 novembre 2018

Pendant que Mac'Ron se balade dans l'Est de la France en ce moment...

La fleur au fusil.

Honneur de nos tri-aïeules, bi-aïeules, aïeules et nos mamans avec toute ma tendresse et mon respect...
La guerre c'était ça aussi!!
Avec une pensée reconnaissante pour ces femmes de 14/18 sans lesquelles rien  n'aurait été possible
À cette époque, les ouvrières des usines ont sauvé la France en remplaçant les hommes qui étaient au front...

Femme tourneur


Oui, Honneur et Respect à  cette Femme-Tourneur oubliée de 14/18...
un métier que j'ai exercé moi aussi mais en moins difficile...

Posté par TooTsieBlog à 10:04 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

03 octobre 2018

Les chagrins de l'enfance

En pleurs, quand je contais à ma Mèmère Monnier
des problèmes de chicanes enfantines avec ce grand idiot de cousin,
elle séchait ce gros chagrin avec un coin de son tablier en me prenant sur ses genoux...
-"Ne t'inquiète pas ma Poulette de Grain, ce soir, je mettrais des cailloux dans sa soupe..."

Mèmère

En fait elle n'avait rien inventé Ma Mèmère:
Il existe bien une recette de soupe au caillou!!
La voici telle que je l'ai trouvée sur le Net:
La soupe au caillou est une recette traditionnelle de la soupe paysanne
qui s'adapte aux variétés de légumes du lieu,
avec une base de pommes de terre, navets, carottes, poireaux,
plus selon la saison une poignée de pois, des haricots verts ;
saler, ajouter du persil.
Du lard fumé, des saucisses,
ou une poule peuvent y être ajouté.
Un galet propre est plongé dans la casserole pendant la cuisson
qui dure trois heures.
Sa forme est importante: il est choisi biconvexe, presque plat sur une face et de forme harmonieuse.
La cuisson étant maintenue à petit feu, le galet est en perpétuel mouvement et agit comme un pilon
qui écrase les différents composants de la soupe en affinant la texture et en répartissant les sucs.
Cette soupe cuit très longtemps sur le coin d'une cuisinière,
et le caillou, agissant en accumulateur de chaleur,
maintient une température efficace en écrêtant les pics de température, sur un long terme.
On sert souvent la viande séparément avec de la crème fraîche...

galet

16 août 2018

Maltraitance,


Souvenir du mois d'Août 1958

Je ne sais si elle s'appelait June ou ...., mais peu importe!!
je me souviens de cette ravissante petite vieille dame oubliée de sa famille dans un service de vieillards tout en haut de l'ancien hôpital de M....s la J..e


Pour me faire un peu de sous, j'y avais été employée pendant les vacances...
J'arrive un matin, et je trouve dans le couloir sans éclairage,
cette grand-mère adorable en pleurs dans une longue chemise de nuit blanche...

coeur

Mes 18 ans ont fondu de compassion devant ce chagrin
et je lui demande pourquoi ces grosses larmes:
Elle me dit qu'elle a été punie par la surveillante de nuit
parce qu'elle s'était oubliée encore une fois dans son lit...
et elle me montre la punition en soulevant son vêtement
et les larmes me sont montées aux yeux à moi aussi:
Pour l'humilier, on lui avait mis une épingle à linge
qui pinçait les quelques restes de son "minou" gris...
Horrifiée, j'en ai parlé au médecin quand il est passé pour la visite...


Dans l'après midi, on me convoquait au bureau
et l'on m'a remis mon solde tout compte  en me disant
que mon travail ne convenait pas (merci au toubib)
en me rappelant les règles de la confidentialité inclus dans mon contrat de travail...
Contrat que je n'avais même pas eu le temps de signer...

Posté par TooTsieBlog à 09:50 - - Commentaires [22] - Permalien [#]