Petit délire avec quelques mots commençant par P

Voilà:

Pépé
Un paltoquet de pékinois
qui en avait assez de se pavaner devant ses potes
pris un jour la vieille patache de son paternel
pour se rendre à Paris...
Chaussé de belles pantoufles toutes neuves
d'une chemise en popeline, d'un pantalon en panne de velours
d'un chapeau de paille
et d'une pelisse en peau de lapin
il était loin de se douter
qu'un tel voyage en passant par le canal de Panama ne serait pas la panacée...
Mais ce n'était pas là sa principale préoccupation!!
Sans la moindre piècette d'argent,
il se disait qu'il n'avait aucune chance de partir si loin
quand il tomba sur une troupe de paysans
qui s'en allaient se louer comme pavimenteux (paveurs de rue)
dans notre belle capitale française...
Son patron ne le paya pas bien (naturellement)
et pauvre comme Job, il "passa l'arme à gauche"(mourut) sans pouvoir retourner chez lui à Pékin auprès de ses parents
et il fut enterré au cimetière du Père Lachaise dans le quartier des paumés de la société...
Triste parodie dont eut à pâtir notre pauvre pékinois me direz vous,
mais un proverbe dit que:
"L'on n'est jamais si bien que chez soi"
même si le dimanche seulement
on ne doit se contenter que d'une poule au pot accompagnée d'une potée aux poireaux et pommes de terre...

Apostille: Ce petit texte monté de toutes pièces par mes soins
qui pourrait avoir une ressemblance avec une  personne existante
ou ayant existé serait purement fortuite... mais....